Triomphe des femmes au soir du Grand Prix

La soirée du Grand Prix de Vichy (Gr3), mercredi, a été marquée par trois événements : quatre victoires signées par des femmes-jockeys –ce qui est sans doute une première en France dans une réunion ouverte-, la victoire de Best Fouad et de Christophe Soumillon dans le Grand Prix, et l’orage qui a frappé la ville autour de 20h30 en perturbant les opérations en cours de réunion.

Ainsi donc, Elaura Cieslik a gagné deux fois mercredi soir avec des chevaux que lui avait confié Jean-Pierre Gauvin, puis ce fut le tour de Margot Romary et enfin de Maryline Eon, première femme à prendre part au Prix de Diane Longines, en juin à Chantilly, et récemment lauréate d’un championnat international féminin disputé en Suède. On se souvient qu’en 2015, Amélie Foulon était devenue la première femme gagnante de groupe dans le Grand Prix de Vichy avec Elliptique, un cheval qui portait les couleurs d’Édouard de Rothschild, à présent président de France Galop, l’association qui gère les courses de galop dans le pays. Elliptique, lui, a intégré le haras de Cercy, dans la Nièvre, comme étalon !

Il se trouve que c’est à l’initiative du président de Rothschild que les femmes-jockeys se sont vues attribuer une remise de poids de deux kilos lorsqu’elles affrontent les hommes, non pas pour stigmatiser un réel handicap, mais pour encourager les professionnels et les propriétaires à leur faire davantage confiance, à ignorer des préjugés.

Le Grand Prix de Vichy, cependant, est revenu à un habitué puisque Christophe Soumillon, le jockey de Best Fouad, remportait la course pour la cinquième fois. L’orage ayant beaucoup assoupli le gazon dans l’heure qui a précédé la course, le jockey, toujours inventif, est allé vers l’extérieur pour chercher un terrain vierge avec ce pensionnaire de François Rohaut, entraîneur installé à Pau mais natif de Vichy. Bien lui en a pris car le favori de la course, Garlingari, resté au centre de la piste, a bien battu ses autres adversaires mais pas celui-là, venu s’appuyer contre la lice des tribunes pour maintenir son effort jusqu’au bout, suivi par son compagnon d’écurie Qurbaan, finalement bon troisième.

Quant à l’orage, il est reparti en fin de soirée, non sans avoir provoqué un départ à l’ancienne, « au drapeau », lorsque les jockeys ont sollicité les commissaires pour éviter d’entrer dans les boîtes de départ, qui sont métalliques, au plus fort du tonnerre.

Décidément pas une soirée comme les autres pour les près de 2.000 spectateurs payants qui avaient choisi de braver les éléments pour assister à l’événement ! Merci à eux !

à voir aussi